Chronologie sommaire du Père Gabriel Maria, ofm

1462-1532

1462 Naissance : aux environs de 1462 de Gilbert Nicolas, (Gabriel Maria)
   
1482 la Reine Charlotte de Savoie fait reconstruire le couvent des frères mineurs d’Amboise
   
1483 Fondation du monastère des clarisses de l’Ave Maria à Paris par Charlotte de Savoie
  22 juin : fiançailles du dauphin (futur Charles VIII – 13 ans) avec Marguerite d’Autriche (3 ans) arrivée à la Cour d’Amboise en janvier
  (Jeanne de France rejoint la Cour à Amboise, après la mort de Louis XI – 30 août)
 

1488

Au Chapitre provincial de Varenne, 24 août 1488, Gabriel Maria a-t-il élu définiteur ? Confusion peut-être avec un homonyme ?

 

1498

(7 avril : mort de Charles VIII)

  17 décembre : sentence de dissolution du mariage de Jeanne de France
   
1499 Jeanne de France s’installe dans son duché de Berry. Elle séjourne ordinairement à Chateauneuf Elle est souffrante toute l’année.
   
1500 Janvier- mars : 4 voyages des pages de Madame Jeanne de France vers le gardien des cordeliers Gabriel Maria à Amboise et à La Flèche.
  Carême : Le père Gabriel Maria se rend à Amboise avec charge de trouver des postulantes pour le futur ordre fondé par Jeanne de France.
  Il envoie ses 2 neveux ( frère Bernard de Besse et frère Amable, qui pour lors étaient encore séculiers, à Tours, chez Madame Macée La Pourcelle.
  21 mai : le Père Gabriel Maria arrive à Tours vers midi. Beaucoup de gens de bien (en particulier les parents d’Andrée Jacquelle) qui le connaissent viennent au-devant de lui et lui apportent ce qu’il faut pour sa réfection, car il y a cette année-là grande famine ; surtout le pain est fort cher.
  22 mai : il reçoit les filles de madame La Pourcelle qui partiront le lendemain. Quant à lui, on ne le voit pas arriver à Bourges … Il est tombé gravement malade  à Amboise d’une fièvre continue avec une pleurésie. Madame lui envoie son apothicaire, quoique à Amboise il disposât du médecin du roi.
  Il arrive 3 semaines plus tard ; il a amené 2 frères avec lui pour assurer la première formation des jeunes (Girard Pasquet et Ambroise Basset).
  29 octobre : le page de Madame, Philippe, est envoyé de Châtillon à Amboise vers le gardien des cordeliers Gabriel Maria.
   
1501 Le carême est prêché aux jeunes postulantes de Bourges par le père Jean de la Fontaine, ofm.
  Le Père Gabriel Maria écrit une première fois une Règle, sur le conseil de Jeanne de France.
  C’est le frère Guillaume Morin qui la porte à Rome. Elle est refusée. Ce frère Guillaume Morin semble être, à Rome, le « correspondant » des frères mineurs cismontains
  Le 4 décembre, Georges d’Amboise, légat du pape, autorise Jeanne de France à fonder un Ordre des dix plaisirs de la Vierge Marie.
  Probablement vers la fin de l’année, le père Gabriel Maria part à Rome avec sa deuxième rédaction de la Règle. On peut penser qu’il est accompagné de Louis d’Albi l’ancien.
   
1502 12 février, approbation de la Règle par le pape Alexandre VI. Le père Gilbert Nicolas est  gardien du couvent d’Amboise.
  Il faudrait sans doute situer au retour de Rome le miracle de la sainte Baume, où Louis d’Albi a demandé au père Gilbert Nicolas de recevoir sa confession générale.
  (Louis 1er d’Albi étant mort à Lyon en juin 1502)
  Le carême au couvent de l’Annonciade est prêché cette année par Olivier Maillard - celui-ci mourra le 13 juin à Toulouse
  Cette année, Gilbert Nicolas est élu vicaire provincial d’Aquitaine.
  le 27 août, le père Gilbert Nicolas organise avec Bien-Aimé Georges l’achat de Montermoyen - terrain pour bâtir le futur monastère de l’annonciade. Il sera aussi présent au premier coup de pioche des fondations du monastère.
  20 octobre - c’est un samedi, Madame (Jeanne de France), avec le conseil du père Gilbert Nicolas, donne l’Habit aux 5 premières Annonciades
  21 novembre « libelle promissorum…. que j’ai faites à la Vierge Marie… billet autographe de Gabriel Maria.
   
1503 25 mars : Prise d’Habit de Françoise de Mouhet.
  1er août : chapitre provincial d’Aquitaine : assemblée de Rabastens au sujet de l’union entre Observants et Conventuels, sous la présidence du père Martial Boulier, vicaire général.
  Louis d’Albi devait y assister. Il est mort le 1er juillet. Georges d’Amboise a été consulté.
  (25 Août , mort d’Alexandre VI – Pie III règne 18 jours)
  (sd) Mémoire du père Gabriel Maria au Parlement de Toulouse pour s’expliquer sur l’union entre conventuels et observants. Certainement, fin 1503.
  24 août : Gilbert Nicolas doit partir pour aller au-devant du légat pontifical et confie la province d’Aquitaine en son absence au gardien de Toulouse, Jean de Bonoguet.
  11 novembre : 3 prises d’Habit à l’Annonciade de Bourges
   
1504 Pentecôte : Le père Gabriel Maria et Jeanne de France font, les premiers, profession privée de la Règle de l’Annonciade
  28 mai : le couvent de Bordeaux fait allégeance au vicaire général pour l’Observance.
  9 août : congrégation provinciale d’Aquitaine à Montauban. Le Père Gabriel Maria est Provincial d’Aquitaine.
  21 novembre : Jeanne de France fait donation de sa personne et de son couvent … aux sœurs (à la fin : présent : le provincial d’Aquitaine
  8 décembre : 3 professions à Bourges. Le RP (Gabriel Maria) donne le sermon
  (Jeanne Jovère, Phillipe Matheron (petite cousine du Père) et Perrette Courtoise)
 

1505 En la fête de l’Epiphanie : Madame apporte à la communauté les dons des 3 Rois.. et après le Révérend Père leur fit un sermon de la solennité.
  10 janvier : Jeanne de France écrit son « grand testament » auprès de ses filles. Une sœur lui tient l’écritoire.
  22 janvier : fête de saint Vincent ; après son dîner, Madame vint voir ses filles. On prêchait à la grille… sur l’invitation du père confesseur, sans la permission de la Mère, et Madame n’est pas contente.
  Elle se sent mal ; demande à ses filles de prier saint Vincent pour elle, et demande en repartant que l’on fit le lendemain murer la porte de communication avec le Palais, car elle n’y passerait plus.
  26 janvier : le père Jean de la Fontaine apparaît au père Gabriel Maria et lui annonce la mort de Madame dans 10 jours.
  Pendant sa maladie, à la demande du Père Gabriel Maria, Jeanne lui donne son « petit testament » (spirituel) ; il ne la quitte quasiment pas, sauf pour prendre sa réfection et bien peu de repos.
  4 février, mardi gras, à 10 heures du soir : mort de sainte Jeanne.
  Le lendemain , le Père Gilbert Nicolas vient voir ses filles et leur fait un « panégyrique » de Jeanne de France.
  Peu de temps après, on apporta au couvent différentes choses qui avaient appartenu à Madame. Et le Père Gabriel Maria apporta le calice de sa chapelle qu’elle lui avait donné et aussi son petit coffre où était sa haire etc… et il garda lui-même longtemps certains petits papiers…
  21 février : funérailles de sainte Jeanne de France
  11 mars : le père Gilbert Nicolas, signe, avec d’autres, une attestation des engagements pris par Jeanne de France en faveur de ses filles.
  7 avril : 2 professions au monastère de Bourges (sœur Catherine Terrière et Marie Bodine). Le père Gabriel Maria ajoute le drap mortuaire au cérémonial et le chant des litanies. Elles font profession entre les mains de Gabriel Maria et de la bonne Mère Sœur Catherine, sur la tombe de Madame. Après quoi le Père Gabriel Maria s’en retourna dans sa province, et à cause de certaines affaires, il resta bien un an sans revenir….
  11 mai : chapitre général de Laval, province de Touraine.
  (9 août : admission au monastère de Bourges de Marguerite Mallette)
   
1506 8 avril, Jeudi Saint – dédicace de l’église du monastère de Bourges, par le cardinal Georges d’Amboise, en présence du Père Gabriel Maria.
  21 octobre : Georges d’Amboise, légat, ordonne au vicaire général cismontain ou à son défaut au provincial de Touraine, de recevoir les Annonciades de Bourges sous son obédience.
  5 décembre : Louis d’Albi prend des mesures dans le même sens.
  14 novembre : le père Ambroise Basset reçoit son obédience comme confesseur des Annonciades de Bourges
   
1507 8 janvier : Jules II confirme le Règle des Annonciades et les rend participantes aux privilèges des frères mineurs – à la demande de Louis d’Albi, du Père Gilbert Nicolas (Gabriel Maria), gardien des frères mineurs d’Amboise, professeur de Théologie.
  25 février : le Cardinal d’Amboise approuve la fondation d’Albi, si c’est possible (daté de Bourges.)
  20 mars : départ de 8 sœurs de Bourges pour Albi, avec Catherine Gauvinelle pour Mère Ancelle. Elles sont d’abord installées au château de Combefa, propriété de Louis d’Albi, en attendant que le couvent de Fargues soit aménagé pour les recevoir.
  2 août : profession (à Bourges), de sœur Claudine de Saint Martin, entre les mains de Gabriel Maria et de sœur Françoise de Mouhet, ancelle.
   
1508 Pentecôte : chapitre de Barcelone (province d’Aragon) le vicaire général fait participer aux biens spirituels des franciscains les Annonciades de Bourges et d’Albi.
  1508-1511 : Gabriel-Maria est vicaire de l’Observance, Province de Bourgogne.
  1509
  15 avril : Georges d’Amboise demande au Père Gilbert Nicolas, vicaire provincial de Bourgogne de réviser les règles liturgiques des Annonciades de Bourges.
   
1510 25 mai : mort de Georges d’Amboise .
  (sd) Gilbert Nicolas fait passer les tertiaires (ofm) de Toulouse dans l’Ordre de sainte Claire, et leur envoie des clarisses d’Albi pour les former à leur nouvel état.
   
1511 Au chapitre général des Observants, couvent de Rabastens, le Père Gabriel Maria est élu Vicaire Général.
  pentecôte 8 juin : Gabriel Maria, vicaire général cismontain, donne au vicaire provincial de saint Bonaventure les pouvoirs de commissaire général
  7 septembre : (au couvent de Bordeaux) Gabriel Maria institue Arnold de saint Félix commissaire général dans la province de saint Bonaventure.
   
1512 Après que le couvent d'Albi fut mis en bon ordre tant en ce qui regardait le spirituel que le temporel, le Révérend Père donna obédience aux deux Révérendes Mère Sœur Catherine Gauvinelle et Sœur Marguerite Blandine de retourner à Bourges en leur premier couvent, ce qu'elles firent avec grande joie. Et la bonne Mère Sœur Catherine avait été élue canoniquement par la communauté pour Mère Ancelle du dit couvent de Bourges, pour le grand désir que les Sœurs avaient de les ravoir toutes deux en leur premier couvent.
  18 novembre : (du couvent de l’Annonciade de Bourges) Gilbert Nicolas institue Arnold de Saint Félix, provincial de saint Bonaventure, son commissaire dans la province de France.
   
1513 Ouvrages du Père Gabriel Maria :
  * Edition de la Quaetio super regula (veritas omnia vincit) Nuremberg
  * Août - Edition du Tractatus de Confraternitate Nuremberg, dédicacé au Sénat de Nuremberg
  (mort d’Anne de Bretagne)
  23 août - Léon X approuve une messe des dix plaisirs composée par le Père Gabriel Maria.
  27 novembre - La duchesse de Nevers fait agrandir le monastère de Bourges pour 10 sœurs de plus : présents : le Père Gilbert Nicolas, docteur en théologie, vicaire général, avec Arnold de saint Félix provincial de Saint Bonaventure et Girard Pasquet confesseur.
  27 décembre – Le Père Gabriel Maria obtient de Léon X, pour Madame de Chaumont, Anne de France et les Annonciades de Bourges et Albi, des indulgences pour le dizain et la couronne de 72 Ave Maria par l’intermédiaire du commissaire à Rome, le frère Jean de Costa », qui le lui apportera au chapitre d’Anvers (pentecôte de l’an prochain 1514).
   
1514 11 juin – chapitre d’Anvers : projet de fusion des Annonciades et des Conceptionnistes (leur règle a été approuvée par Jules II en 1511, et elles sont sous la juridiction des frères mineurs)
  Les frères mineurs acceptent définitivement le gouvernement des Annonciades.
  Gilbert Nicolas, vicaire général…. Accorde à une confrérie l’Immaculée Conception érigée à Anvers les indulgences concédées aux frères mineurs, et celles du dizain de l’Annonciade – cette confrérie existait encore au moment de la révolution française.
  sd : propositions à des théologiens de Paris pour la défense de l’Observance ; Gilbert Nicolas est vicaire. Général Cismontain.
  Au couvent d’Ypres, chapitre provincial de France, présidé par le RP frère Gilbert Nicolas, vic. gén. Cism. et Jean Sylvestre, vic. Prov. : après l’expiration de son triennat a été élu comme vicaire provincial de France le RP Gilbert Nicolas (Gabriel Maria).
  Entre 1514 et 1517, édition du Tractatus de Tribus coronis et tribus ordinis, du Père Gabriel Maria.. dédicacé à la Reine d’Angleterre, Catherine d’Aragon (femme de Henri VIII)
   
1515 (1er janvier : mort de Louis XII – avènement de François 1er)
  3 mars : Léon X à Gilbert Nicolas. Il lui recommande de veiller à ce que les Annonciades ne distribuent pas le dizain (et les indulgences qui lui sont attachées), sans discernement.
  sd : supplique de Gilbert Nicolas à Léon X pour des indulgences.
  3 mars : - Léon X confirme les indulgences du saint sépulcre aux Annonciades de Bourges pour secourir leur pauvreté.
  22 mai : Léon X approuve la règle rédigée à Anvers pour les Annonciades et Conceptionnistes, en vue d'une fusion des deux ordres. Aucune suite n'a été donnée à ce projet.
  19 juin : Léon X , indulgences des Clarisses appliquées aux Annonciades
  15 août : Le Père Gabriel Maria est toujours vicaire provincial de la province de France.
   
1516 * 2ème édition de la Quaestio super regula, du Père Gabriel-Maria,  Leipzig
  * édition du Tractatus de decem plagis paupertatis (Bonus Pastor), Père Gabriel-Maria, à Rouen et à Leipzig.
  * Il faut placer avant 1517 le Lunetae Confesorum (Fr Gilbertus Nicolai.
  Pentecôte – au couvent de Rouen, chapitre général : est élu d’un commun accord pour la seconde fois le vicaire général cismontain, RP frère Gilbert Nicolas, alors vic. Prov. de France.
  23 août : Gilbert Nicolas institue Arnold de saint Félix son commissaire pour la province de France, Allemagne et Ecosse, Danemark, Irlande et Angleterre, car il doit partir pour le Royaume
  des Espagnes.
  (24 novembre : départ des sœurs de Bourges pour la fondation de Bruges.
  * Opuscule sur le Tiers Ordre de Notre-Dame, du Père Gabriel Maria (dédicacé au cardinal François Ximenes, archevêque de Tolède , franciscain) date non certaine
   
1517 20-21 janvier : Assemblée de Bruxelles. Gilbert Nicolas, en tant que vicaire général, avec Jean Glapion, gardien de Bruges et Ludolphe de Goninghe, provincial de Cologne, comparaissent devant Charles Quint au sujet de l’union observants-conventuels, contre Boniface de Ceva. - cf 2 mémoires à Charles Quint.
  1er février : les 34 tertiaires franciscaines qui ont reçu les Annonciades à Bruges entrent dans l’Ordre, conduites par Gabriel Maria, en présence de Marguerite d’Autriche, déléguée par Charles Quint, et de plusieurs grands personnages ».
  17 mai : bénédiction du monastère de Béthune par Monseigneur François de Melun, évêque de Thérouane, oncle de la fondatrice, Isabelle de Luxembourg – la première Mère Ancelle est Marie Bodine-Sainctière, qui faisait partie des 8 sœurs venues de Bourges à Bruges 3 mois plus tôt.
  Chapitre de Rome (s.d. – Pentecôte ?) : Le RP Gilbert Nicolas, actuellement vicaire général cismontain a été régulièrement élu comme commissaire général citramontain
  1er juin : bulle "ite  vos" , par laquelle Léon X sépare les observants et les conventuels, qui auront dorénavant leur ministre général propre, etc. Le père Christophe de Forli, provincial de Bologne, est élu ministre général des observants ; le père Gabriel Maria est celui qui eut le plus grand nombre de suffrages après celui-ci.
  11 juin : Léon X presse les Conceptionistes d’accepter l’union avec les Annonciades et la Règle faite dans ce but, qu’elles refusent absolument, sous peine de censure.
  Changement de nom : l’acte de Léon X du 11 juin est adressé au RP fr Gilbert Nicolas, tous les suivants, au Père Gabriel Maria
  6-14 juillet : Léon X approuve 2 Ordres (confréries) nouveaux de la Vierge Marie, texte du Père Gabriel Maria.
  25 juillet : Approbation par Léon X de la 3ème Règle de l’annonciade, rédigée par le Père Gabriel Maria .
  29 août : Léon X approuve 10 fêtes et 10 messes en l’honneur de la sainte Vierge.
  14 septembre : Léon X approuve l’office des 6 couronnes.
  24 octobre : Gabriel Maria accorde le pouvoir de donner les 10 Ave Maria au Père Paxent du Mas, gardien du couvent d’Argenton – mention manuscrite sur le document du 14 juillet.
  11 novembre : Léon X nomme Gabriel Maria commissaire général en France pour la croisade contre les Turcs.
  * 3ème édition de la Quaestio super regula , (Père Gabriel Maria), à Bâle
  * Règle des sœurs de Château-Gontier - sans date – l’original n’a pas été donné aux sœurs à ce moment. Elles l’enverront chercher auprès du Père Gabriel Maria à Bourges en 1531. Approbation en 1517 par le Pape LéonX.
  En l’année 1517, le RP frère Gabriel Maria donne l’Habit du tiers Ordre de Saint François à Marguerite de Lorraine, à Argentan. (les tertiaires passeront à la règle des Clarisses Urbanistes en 152O, avec Jean Glapion et Jean Sauvage – c’est aussi Jean Glapion venant d’être nommé provincial de France après avoir été longtemps procureur à Rome) qui recevra la profession de Marguerite de Lorraine
  mort du Cardinal Ximènes (il a 80 ans)
   
1518 9 août : le cardinal Christophe de Forli (ofm) et François Lychet, ministre général des frères mineurs, donnent des précisions quant au costume, au nom, à l’office et à la direction des Annonciades – ajout de la médaille - daté de Nantes.
   
1519 10 janvier : à Bourges, Additions à la Règle (OVM) « frère Gabriel-Maria « général de tout l’Ordre de la BVM »
  (fondation du monastère de Rodez)
  20 mai : pentecôte chapitre général de Tolède
  22 juillet : au chapitre de Bénévent le Père Gabriel Maria, commissaire. Général érige la custodie du saint Evangile en province sous le titre de saint Gabriel.
   
1520

Au chapitre de Bordeaux bien que le révérend père général commissaire ait accompli son triennat, cependant avec le commun accord et le consentement de tous les pères vocaux du susdit chapitre présidé par le révérendissime ministre général, il a été institué simplement commissaire général sur toutes les circonscriptions cismontaines.

 

octobre : profession de Marguerite de Lorraine chez les clarisses (urbanistes) d’Argentan entre les mains du R. fr. Gabriel Maria, commissaire général. Les 12 tertiaires (sœurs grises) du couvent d’Alençon, ont fait profession de la règle des clarisses urbanistes le 11 août précédent, en présence du provincial, Jean Glapion et de Jean Sauvage.

   
1521 (fondation du monastère de Bordeaux par celui d’Albi, avec Marguerite Sainctière pour Mère Ancelle, et Gérantonne de Saint Félix –probablement de la famille du Père Arnold de Saint Félix, ami proche du Père Gabriel Maria
  21 juin : Léon X renvoie Louise d’Angoulême au Père Gabriel Maria, en ce qui concerne les 3 Ordres de la Vierge Marie.
  15 juillet : Gabriel Maria, visiteur des provinces d'Angleterre, d'Irlande et d'Écosse
  31 décembre, dédicace de l’église du monastère des annonciades de Rodez, par l’Evêque de Rodez, François d’Estaing
   
1523

Chapitre de Burgos

  Gabriel Maria, de la province de Touraine et le ministre provincial de Strasbourg sont chargés de la visite des couvents des Frères afin de voir si le luthéranisme ne s’infiltre pas dans les maisons.
   
1524 30 août : au couvent de Salamanque – deux provinces ont élu le Père Arnold de saint Félix comme provincial (Saint Louis – Provence - et l’Aquitaine) ; on vient en demander la confirmation au ministre général le même jour. Celui-ci confirme l’élection de la Province d’Aquitaine d’où est originaire le Père de Saint Félix et demande à la province de Saint Louis de recommencer l’élection, et de choisir soit au choix le père de Saint Félix ou soit le Père Gabriel Maria.
  (il semble que le père Gabriel Maria ait été élu provincial de Saint Louis. Quoi qu’il en soit, il le sera en 1526.
  31 décembre : consécration de l’église du monastère des Annonciades de Rodez par l’Evêque, François d’Estaing, à la prière du Père Gabriel Maria.
   
1526 chapitre général d’Assise
 
  Père frère Gabriel Maria, ministre provincial de St Louis, est institué commissaire sur tout le couvent de Paris.
  28 juin : Clément VII confirme Gabriel Maria dans sa charge auprès des Annonciades et ratifie les actes de ses prédécesseurs
 

1529 25 mai : lettre d’envoi des  statuts généraux de l’Annonciade par le Père Pol de Parme, ministre général – statuts rédigés par le Père Gabriel Maria.
  Au retour du chapitre de Parme, malade, le Père Gabriel Maria écrit son testament spirituel au couvent des 7 douleurs de Bordeaux.
  Les tertiaires de saint François de Chantelou (Saint Eutrope), au consentement de l’ordinaire (elles étaient établies à Chantelou depuis 1504), sous la direction des frères mineurs et la juridiction des évêques de Paris, prennent la règle des 10 vertus - le Père Gabriel-Maria étant à l’origine de ce passage.
  Rédaction de la règle de Sainte Marthe - certainement du Père Gabriel Maria.
   
1530 6 sœurs venues de Bruges fondent le monastère de Louvain – le jour même de leur arrivée, elles admettent 14 novices – la première Mère ancelle est sœur Elisabeth Jacks
  Le Père Gabriel Maria y viendra la même année , guérira une novice, sœur Catherine Ceusters, et prédit qu’elle sera un jour Mère Ancelle.
  Impression à Toulouse chez Jacques Colomiès, de la Règle de l’Annonciade (3ème Règle, en français, avec les déclarations, statuts généraux, et statuts et cérémonies (BN Rés. Ld 69 bis 4) – 1ère édition – la traduction en est sans doute l’œuvre du père Gabriel Maria – c’est celle-ci qui sera réutilisée pour des éditions ultérieures au siècle suivant, notamment à Bourges.
  L’exemplaire conservé à la bibliothèque Nationale commence par la « déclaration sur la Règle… de même que l’édition, mot à mot, chez Cristo à Bourges en 1648.
  Il y aura une autre édition de cette règle, dans une autre traduction (beaucoup plus littéraire et moins littérale, chez le même Colomiès, dans les mêmes années, qui ne semble pas eu de postérité (BN rés. Ld 69bis 3 , intitulée « Prologue sur la Règle... ».)
  (1er décembre : mort de Marguerite d’Autriche (51 ans) à Malines – dans un premier temps elle est inhumée, selon son désir, au monastère de l’Annonciade de Bruges)
   
1531 les sœurs de Château-Gontier envoient au père Gabriel Maria une requête pour avoir l’original de la bulle de leur Règle, parce qu’on leur fait des difficultés… elles ne semblent pas avoir eu de réponse...
  21 décembre : le Père Gabriel Maria tombe malade.
  Noël : bien qu’il soit malade, Gabriel Maria, dit 3 grand-messes le jour de Noël, fait trois sermons à ses filles ….
   
1532 Malade, il prêche tout le carême, aux annonciades de Bourges certainement.
  29 mai – veille du saint Sacrement – arrive au monastère de Rodez sur une litière que les sœurs lui ont envoyée. Il y demeure deux mois et demi bien malade.
  26 juillet : dernière messe (fête de sainte Anne) – Gabriel Maria continue de prêcher, reçoit des novices à la profession.
  27 août : Gabriel Maria meurt à Rodez
  11 septembre : un messager des sœurs de Rodez annonce sa mort aux sœurs de Bourges.
  Après sa mort, des faits miraculeux ont lieu à son tombeau. Son culte se répand.
   
Sources : DEDIEU Hugues, O.F.M, "Les Vicaires Provinciaux de l'Observance, en Aquitaine ( 1448? - 1517)", extractum ex Periodico Archivum Franciscanum Historicum An.77 (1984), collegio S. Bonaventure, GROTTARERRATA  ( Roma), 1984.
  DELORME, Ferdinand, O.F.M. Documents pour l’histoire du bienh. Gabriel-Maria. Paris, Éditions Franciscaines, 1928. Extrait de La France Franc., 1926, t. IX, p. 45-87, 239-273, 367-395 ; 1927, t. X, p. 95-126, 211-256, 399-439, 547-562 ; 1928, t. XI, p. 113-136, 231-263, 457-492.
  Pour une bibliographie complète sur le Père Gabriel Maria :
  BONNEFOY J.F., ofm, « Bibliographie de l’Annonciade », Istituto Storico dei Frati Minori Cappuccini, Roma,1943.
  ARCHIVES  ANNONCIADE, Thiais