La Compassion

Evangile selon Saint Luc II 25-34

Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Siméon. C'était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d'Israël, et l'Esprit – Saint était sur lui. L'Esprit lui avait révélé qu'il ne verrait pas la mort avant d'avoir vu le Messie du Seigneur. Poussé par l'Esprit, Siméon vint au Temple. Les parents y entraient avec l'Enfant Jésus pour accomplir les rites de la Loi qui Le concernait. Siméon prit l'Enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « maintenant, Ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s'en aller dans la paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé à la face de tous les peuples :Lumière pour éclairer les nations païennes, et gloire d'Israël ton peuple. »

Le père et la mère de l'Enfant s'étonnaient de ce qu'on disait de Lui. Siméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Vois, ton Fils qui est là provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de division. Et toi-même, ton cœur sera transpercé par une épée. Ainsi seront dévoilées les pensées secrètes d'un grand nombre. »

Evangile selon Saint Jean XIX 25-27

Or, près de la croix de Jésus se tenait sa mère, avec la sœur de sa mère, Marie femme de Cléophas, et Marie-Madeleine. Jésus, voyant sa mère, et près d’Elle le disciple qu'Il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis Il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui.

Retour